Inicio » Crónicas » Sinner’s Day Summer 2022 (samedi)

Sinner’s Day Summer 2022 (samedi)

par François Zappa

Photos : Patrice Hoerner

Le samedi, nous nous sommes levés tôt pour acheter des boissons et de la nourriture que nous avons laissées à l’hôtel, comme à notre habitude. Nous avions également hâte de voir le premier concert de la journée, donné par les Grecs de Kalte Nacht, un duo darkwave qui nous avait surpris avec son premier album sorti sur le label Cold Transmission.

Malheureusement, samedi a été le jour le plus touché par les annulations, notamment celles de Test Dept et From the Jam. Comme un malheur n’arrive jamais seul, un membre de Tyske Ludder avait été victime d’un accident, et le groupe ne pouvait pas se produire. Les organisateurs ont rapidement réagi et ont trouvé des remplaçants pour ces groupes, même si on ne les connaissait pas pour la plupart. À part les Grecs susmentionnés, nous avons particulièrement adoré les Italiens Talk to Her, à tel point que j’ai acheté leur dernier album dès la fin de leur prestation. Mais allons-y dans l’ordre.

Il faisait assez chaud lorsque le duo grec Kalte Nacht est monté sur scène. Nous avons été agréablement surpris par Nikos à la basse et aux claviers et la voix bouleversante de Myrto au chant. On s’amusait d’admirer le pollen tomber tel des flocons de neige alors qu’ils interprétaient leurs morceaux dark. Outre de nouvelles chansons, nous avons pu apprécier « Humans are Mistakes », leur dernier single « Our Moments are Answers » ou « Nychta Skia » et ses cris terrifiants. Ils ont dépassé mes attentes. Dès mon arrivée en Espagne, je n’ai pas hésité une seule seconde à commander le disque auprès de mon fournisseur habituel.

Le groupe suivant est très apprécié en Belgique. Der Klinke a commencé puissamment avec « Our Dance in Darkness ». Nous connaissons ce groupe relativement bien, car nous les avons vus il y a quelques années au W-Fest et les avons même interviewés. Dès le début, le public s’est impliqué. On nous a régalés de chansons comme « Someone who Smiles » et « Still Alone », l’une des préférées du chanteur où il a fait preuve d’une grande passion. Der Klinke se compose notamment de Geert Vandekerkhof et de Sam Claeys, qui ont aussi créé un projet avec le chanteur de Red Zebra appelé Pesch. On a aperçu Geert à plusieurs reprises au festival, alors qu’il profitait du reste des concerts. Le show  a continué et nous avons atteint le moment mélancolique de « Curtains », une chanson qui parle de ce que l’on ressent en revoyant son ex-partenaire. Ensuite. « The Facts of life » a été suivie par la puissante « River White ». Geert nous a demandé de danser pendant « The Doll », qui comportait un extrait de « Psycho Killer » de Talking Heads.

Les membres du puissant quatuor post-punk  Ist Ist de Manchester étaient les suivants. Bien qu’ils aient sorti deux albums, c’était la première fois que nous les entendions.  Ils ont commencé sur « Stamp You Out » et ont sélectionné des chansons de leurs deux albums, comme « Fat Cats Drawn in Milk », « Watching You Watching Me » ou « Black » avec ses magnifiques atmosphères. Ils ont également interprété une partie de leur EP Spinning Rooms avec « Emily » et continué avec « Extreme Greed » et « It Stops Where It Starts ». Ils ont fait leurs adieux avec « Slowly We Escape », au début solennel et à la fin rageuse. Une fin parfaite pour le concert.

Le dernier groupe à avoir été ajouté au line-up in extremis était le trio de post-punk belge Disorientations. Le festival laissait par ailleurs entendre que nous allions bientôt les revoir. Leurs riffs puissants ont été accompagnés de quelques gouttes de pluie qui n’ont pas trop dérangé. Ils ont ouvert avec « Wandering », le premier morceau de leur premier album Memory Lanes et accompagnent leur musique d’images qui semblent provenir de films muets. Ils ont poursuivi avec « Words », « Leftover », un morceau atmosphérique intitulé « Allied » et d’autres chansons de leur premier album, comme « Waiting for », « Watching you go », « Don’t » et « Close to disappearing ». Ils ont terminé avec ce qui était pour moi leur meilleur morceau, « Zinfandel », où le chanteur a montré une rage qu’il a affichée dans le reste de sa prestation.

Si pendant le concert de Disorientations quelques gouttes de pluie étaient tombées, lorsque  Boytronic est sorti sur scène, il pleuvait bien plus. Certains d’entre nous se sont abrités sous des parapluies pour regarder le groupe qui s’est produit avec un joueur de clavier et les deux voix de Holger Wobker et James Knights.  Le concert était très agréable et dansant, malgré le temps pluvieux. Le groupe a parcouru l’ensemble de sa carrière, jouant des chansons de la formation originale, mais aussi de celle où James était le chanteur principal et bien sûr de leur dernier album The Robot Treatment. Ils ont commencé par « Trigger Track », et sont passés à « Time After Midnight », chanté par James. Du dernier album, ils ont interprété « All You Can Eat » et un peu plus tard « Under the Red », ainsi que « Luna Square », « Diamonds and Loving Arms » et « Red Chips » du classique The Working Model et un extrait du classique « I Feel Love ». En plus du point fort du groupe, qui est constitué de chansons ultra accrocheuses, la superbe association des deux voix apporte une touche très spéciale à la performance. James a chanté « My Baby Lost It’s Way » et la pluie s’est soudainement arrêtée pour que nous puissions tous danser sur le classique « You », moment que nous avons réussi à capturer en vidéo. Nous espérons les revoir par un temps plus clément.

Nous continuons avec le quatuor italien Talk to Her, qui, comme je l’ai déjà dit, m’ont beaucoup plu. Ils ont présenté leur premier album, Love Will Come Again bien qu’ils aient également joué quelques chansons de leur EP HOME. La voix profonde du chanteur est parfaite pour le style de musique, et le batteur créait des rythmes intéressants. Après la pluie, le public nombreux a voulu profiter des concerts et semblait plus que satisfait du groupe italien qui partage son nom avec un film d’Almodóvar. Dès l’ouverture « Truth », ils ont interprété leurs compositions avec rage, énergie et précision. Ils nous ont régalés de « The Caller », « Hollow », de chansons plus électroniques comme la plus dansante « Ibisco » et ils ont terminé avec la lente et intense « Innocence ». Très bien.

C’était le tour du groupe allemand Diary of Dreams qui nous devait une représentation après leur annulation lors du précédent Sinner’s Day, parce que leur matériel avait été trempé par la pluie. Ils ont commencé avec « Sinferno » où ils ont déjà fait preuve du caractère épique qui les caractérise. Une épopée grandiose menée à la guitare qui s’est poursuivie avec le bien nommé « Epicon ». Ils sont devenus plus atmosphériques avec « Listen and Scream ». Pour « She and the Darkness », Adrian Hates s’est assis au piano dans un moment d’émotion qui a progressivement gagné en intensité. Ils ont également joué « Butterfly : Dance ! », qui, comme son nom l’indique, est plus dansant, et le classique « The Curse », pour le plaisir du public, qui a apprécié le concert à tout moment. Après le plus électronique « Decipher Me », ils sont revenus à leur côté plus épique avec « Kindrom », et se sont éclipsés avec le puissant final de « Undividable ».

Dans la Batcave, Nico de Synths Versus Me mixait dans le cadre d’un showcase pour le festival catalan Ombra. Nous avons passé une partie du festival avec les représentants. Pour ceux qui ne le connaissent pas, c’est l’un des fondateurs du label leader Oráculo et en tant que Synths Versus Me il a enregistré cinq albums intéressants que nous vous conseillons vivement d’acheter. Il nous a proposé une sélection très personnelle qui comprend de grandes chansons du moment, du matériel espagnol surprenant et un classique occasionnel. Pendant la première demi-heure, nous avons écouté le Russe Kovyazin D et son « Dark Shades Of Moscow », « Machina » de Boy Harsher un remix de Anshaw Black par Black Merlin « El Lugar » par NLK un classique de Visage et une piste par Mirror Man d’un disque qu’on m’a offert quelques jours plus tard.

Il était temps pour les légendes de l’EBM Nitzer Ebb d’apparaître sur la scène principale. Cette fois, Bon Harris chantait, car McCarthy était indisposé. Pour commencer, Bon Harris a une présence scénique complètement différente de celle du chanteur classique du groupe, mais il a donné tout ce qu’il pouvait. C’est impossible de remplacer McCarthy, mais, la majorité du public étant d’un certain âge, nous avions probablement tous vu les pionniers de l’EBM à un moment donné dans le passé. C’était intéressant de pouvoir dire que nous avons vu Nitzer Ebb avec une voix différente. Pour la setlist, ils ont joué des classiques comme « Control, I’m here », « Hearts and Minds », « Blood Money », « Lightning Man », « Come Alive », ou le méga classique « Join in the Chant ». Bon Harris a prouvé qu’il était un grand showman, ce que nous avons tous applaudi. La dernière ligne droite a été marquée par « Down on your knees » et un puissant « Murderous ».

La journée touchait à sa fin, mais il nous restait encore deux concerts et l’un d’eux nous réjouissait particulièrement : John Lydon et PIL. Bien qu’il ait eu quelques problèmes de voix, le show n’en était pas moins impressionnant. Ils ont commencé par le formidable « Death Disco », qui a été suivi de « The Body », dans lequel il nous a enchantés avec sa façon particulière de chanter, en alternant différentes voix et en gesticulant beaucoup. « Warrior » sonnait plutôt bien, et le groupe a continué à parcourir son intéressante discographie avec « Corporate », la très célèbre « This is not a Love Song », une chanson où le guitariste a brillé. Nous sommes arrivés à « Public Image », sans aucun doute l’une de mes chansons favorites et mon moment préféré du festival. Ils ont continué avec le festival d’insultes qu’est « Shoom », « Open Up » que John a enregistré avec Leftfield et conclu avec « Rise », chanson après laquelle nous avons célébré l’anniversaire du bassiste. Ils ont joué plus d’une heure, mais personne ne s’en est plaint.

Pour conclure cette journée, VNV Nation ont interprété leurs classiques les uns après l’autre aussi efficacement qu’à d’autres occasions. « Legion » ou encore « The Farthest Star » avec la marche typique de Ronan Harris d’un côté à l’autre de la scène ne manquaient pas à l’appel pas. Le grand moment est arrivé avec « When is the future ? » et nous sommes passés à un morceau plus optimiste avec « Chrome ».  Pour voir VNV Nation joue la sécurité, et même si on les apprécie, mais sans plus, leur show est toujours bon. « Control » a retenti et Harris s’est montré philosophe, disant que la vie était trop courte et que nous devions en profiter tant qu’on était en vie. Le concert a été ponctué du moment émotif « Nova » et la finale « Our Sins ». Harris a laissé entendre avant de partir qu’ils allaient sortir un nouvel album. À mon avis on les verra en tournée sous peu.

Laisser un commentaire

seize + cinq =

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More