Portada » Primavera Sound : dimanche

Primavera Sound : dimanche

par François Zappa

J’ai toujours été très fan au dimanche du Primavera. Les premières années, du moins pour moi, les concerts avaient lieu au parc de la Ciutadella, dans un superbe endroit, qui nous permettait de voir des concerts plus intimistes mais malheureusement plus tristes ainsi que des artistes que je n’avais pas eu l’occasion de voir pendant le festival. Ensuite, j’ai toujours trouvé intéressante la salle BARTS. Mais il y a quelques années, les choses ont changé. La programmation est devenue gratuite et les concerts ont lieu au CCCB, et non plus à la salle BARTS. Les deux premières années, on a eu droit à de grands noms accompagnés d’artistes du Pro, ainsi que d’artistes qui donnaient un deuxième concert à cet endroit. Cette année, la proposition de concert gratuit du dimanche a été drastiquement réduite. Seuls trois artistes du Pro ont participé cette année, et ont joué assez tôt. Ensuite jouaient deux autres artistes, qui sincèrement ne m’intéressaient en rien. Du coup, je ne suis pas entrée au CCCB avant 18h20.

Filthy Friends, ma principale raison pour me rendre au CCCB, est un super groupe composé de Peter Buck et Corin Tucker, ainsi que des membres de Young Fresh Fellows. Ponctuels, ils commencent avec « November Man », puis de « The Arrival », et « Despierta », du premier single. Les morceaux du nouveau disque du groupe Emerald Valley (« Pipeline », « The Elliot », « Angels », « Only Lovers Are Broken » ou celle du même nom ) se mélangent aux morceaux du premier disque, comme « Not Forgotten Son », « Any Kind of Crowd » ou « Windmill ».

On continue avec Christina Rosenvinge, que j’entendais aussi mal à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’enceinte. Le public semblait attendre le concert suivant, et n’arrête pas de parler. Elle joue trois morceaux de Lo Nuestro, qui, selon moi, est plutôt un bon disque : « Alguien tendrá la culpa », « La muy Puta » et « Romeo y los demás ». Pour le reste, elle joue des morceaux de son nouvel album, Un Hombre Rubio, comme « Niña Animal », « El pretendiente » ou « Romance de la Plata ». Le concert est pas mal, mais on ne comprend rien de ce que chante Rosenvinge.

Je donne une autre chance à Cupido, après avoir vu une moitié de chanson au Primavera Club. Il y a beaucoup de gens, plutôt motivés par ce qu’ils entendent. La musique n’est pas mal, mais après deux morceaux, j’en ai assez de l’autotune. Déjà, le mercredi, on avait eu notre dos pour tout le festival. Je pars.

Après dîner, on file à l’Apolo voir The Beths, qui, sans aucun doute, est le meilleur concert du jour. Le groupe de Nouvelle-Zélande nous donne une leçon d’énergie. Ils jouent presque uniquement des morceaux du premier disque, sorti l’année dernière, Future Hates Me. On remarque le morceau du même nom et « Little Death ». On est fatigué et on a pris froid la nuit précédente, alors on rentre et on rate Amyl and the Sniffers, qui ont donné bon concert au forum d’après ce qu’on m’a dit.

En résumé, une journée pour laquelle ça ne valait pas le coup de rester un jour de plus à Barcelone : un très bon concert de The Beths, voir pour la troisième fois Christina Rosenvinge et pour la première fois Filthy Friends, ne compense pas nos dépenses et la fatigue accumulée. Une façon un peu triste de terminer le festival, qui, pendant les trois jours précédents, nous a régalés de concerts mémorables.

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More