Inicio » Crónicas » Liège New Wave Festival 2021

Liège New Wave Festival 2021

par François Zappa

En septembre dernier, nous sommes retournés à Liège, cette fois au centre culturel d’Engis, pour profiter des concerts de cinq grands groupes et finir par danser sur la musique de DJ Gondrand et Dead Violets Night. Le centre culturel disposait d’une grande salle où les groupes jouaient et d’un bar où l’on pouvait boire et écouter les DJ. Nous en avons également profité pour faire un peu de tourisme et visiter Liège, la ville où Dead Violets Night a étudié en partie.

Raskolnikov

Le festival a débuté avec Raskolnikov, un jeune trio franco-suisse que nous avons interviewé quelques jours avant le festival. À ce jour, ils ont sorti trois albums. En outre, leur dernier album live vous donnera une idée de leur concert de ce jour-là. Ils ont commencé avec « Sold Dead Souls », où ils nous ont fait une démonstration de leur post-punk aux grandes atmosphères et de leur grande capacité de composition. Si vous aimez le post-punk avec des chansons puissantes avec une voix rappelant Chameleons, n’hésitez pas à écouter leurs albums. Ils ont continué avec certains de leurs meilleurs titres, comme « I don’t want to see the doctor Today », la rapide « Faut pas faire chier Albert Roche », « Sisyphosm », et « Montauk Point lighthouse ». Un groupe à suivre.

The Bombsite Kids

Étant un fan de punk classique, j’ai été heureux de voir que l’un des noms à avoir rejoint le line-up à la dernière minute était un groupe punk créé en 83, The Bombsite Kids. Bien qu’ils se soient séparés en 1988, ils sont revenus en force en 2014, comme nous l’avons vu ce soir-là. En 2019, ils ont publié Like In « 77, une œuvre regorgeant d’hymnes dans laquelle ils montrent qu’ils ont la même énergie qu’à l’âge d’or du punk. Ils semblent avoir conservé toute leur énergie dans « Like in ’77 », un pilori punk-rock du genre à vous faire passer un bon moment. Du même album, nous avons également pu écouter « I don’t know » et l’incroyable « Up and Down ». Ils ont terminé leur set sur une excellente version de « I don’t Care », nous laissant le sourire aux lèvres.

Ultra Sun

Ensuite, nous avons assisté à l’un des concerts qu’on avait le plus hâte de voir. On avait beaucoup écouté Ultra Sunn au Specka, lors des fêtes de Bizarro du jeudi, et on était impatients d’assister à leur performance. Le chanteur de ce duo de coldwave/EBM possède une magnifique voix qui se situe entre celle de Dave Gahan et celle du chanteur de Dilk. On a tellement adoré leur concert qu’on n’a pas une seule seconde hésité à leur proposer de venir jouer à Madrid. Après seulement deux EPs, ils reçoivent déjà des offres pour jouer partout.

Ils ont commencé avec « Keep Your Eyes Peeled » avant de poursuivre avec une autre excellente chanson de leur premier EP « Distress », suivie des chansons qui composent leur dernier travail : la puissante « Two Snakes », la délicieusement eighties « Sorrow and Tears », le nouveau single « Young Foxes », « Silver Smile », l’énorme « The Body Electric » et l’incroyable single « The Night is mine ». Le son était très bon et le public semblait vraiment avoir adoré le concert. Pour le bis, ils ont à nouveau joué « The Night is Mine », sur laquelle tout le public a dansé.

Hapax

C’est la deuxième fois que nous avons vu Hapax, et on a découvert qu’ils avaient changé de batteur. Le son change de façon impressionnante quand on change de paire de baguettes. Comme toujours, ils étaient très intenses et sombres et nous avons constaté qu’ils soulevaient les passions dans le public. Deux couples d’Espagnols avaient fait le déplacement jusqu’au festival pour les voir et on a également aperçu des filles danser sur leurs chansons dans un coin de la scène. Cette année, ils ont sorti un nouvel EP intitulé Exil, duquel on a pu écouter « Silvery Track ». La performance live de  Hapax est intense, sombre, pleine d’atmosphères captivantes et de tubes. Nous avons pu apprécier certaines de leurs fantastiques compositions de leur travail antérieur, Monade, comme « Shining Lover » (peut-être leur meilleur morceau), « Truth or Lie » ou la solennelle et intense « Sacred Part II ». Un autre grand concert qui s’est soldé par un rappel. Comment pouvait-il en être autrement ?

Parade Ground

Puis vint l’attraction principale de la soirée : le fantastique duo belge Parade Ground que nous reverrons à l’Ombra, à Barcelone. Ils ont commencé sur une bonne note avec la magnifique « Gold Rush », bien qu’ils aient eu quelques petits problèmes de son qui ont été rapidement réglés. Leurs performances live sont caractérisées par Pierre Pauly, qui est la partie la plus drôle du spectacle, sautant partout et se couvrant la tête avec son T-shirt, et l’image plus sérieuse de Jean-Marc Pauly, l’une des voix les plus personnelles de la scène. Jean-Marc parvient à donner une émotion à chaque morceau qui est difficile à expliquer, en chantant comme s’il était sur le point de craquer, créant des interprétations vraiment uniques. La setlist était composée d’une superbe sélection de leurs nombreux succès : « Action and Replay » (un des meilleurs de leur répertoire), « Divine Me », le merveilleux « Moans », « Lady’s Head » et les classiques « Strange World » et « Tears ». Ils ont terminé avec « No » et de nouveau « Gold Rush ». Incroyable.

DJ Gondrand/Dead Violets Night

Pour finir, DJ Gondrand, l’organisateur, a joué certains de nos morceaux préférés et ceux du public, qui recevait avec enthousiasme les vinyles qui tournaient sur les platines. Dead Violets Night a joué quelques classiques et beaucoup de musique moderne, ainsi que quelques titres de l’album Radikal Kuss publié par le label madrilène Barro.

Les prochaines dates du festival auront lieu le 20 novembre, avec un programme comprenant les Portugais suivants She Pleasures Herself le duo allemand La Scaltra le groupe néerlandais Lifeless Past ainsi que les Belges 32 Ohm et Reservoir.

En janvier, nous assisterons au premier grand événement dark de l’année, le Dark Winter Festival où nous aurons le plaisir de voir Then Comes Silence, Wisborg, Toy/Disaster et la révélation turque Ductape. Un beau début d’année en perspective.

Laisser un commentaire

17 + 11 =

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More