Portada » Interview : The Danse Society

Interview : The Danse Society

par François Zappa

The Danse Society est l’un de ces groupes qui m’ont aidé, moi et  tant d’autres, à m’intéresser à la musique gothique. Après une pause de 24 ans, ils reviennent avec une nouvelle chanteuse et quatre albums, prouvant qu’ils ont encore énormément de choses à dire. Ils font partie d’un incroyable line-up, aux côtés de Neon Judgement, Front 242, Die Krupps, The Young Gods, Linea Aspera, The Names, The ObsCURE and Starcontrol. Tous joueront le 25 août sur la plage belge de la ville d’Ostende.

—Danse Crazy est né de la fusion d’Y? et de Lips-X, deux groupes dont toi, Paul, tu faisais partie avec Lyndon. Que peux-tu nous dire sur leur musique ? Ils n’ont sorti aucun album, non ?

—Paul : Un morceau d’Y? est paru sur Bouquet of Steel, une compilation regroupant quelques groupes de Sheffield et des régions environnantes. La piste a été nommée « End of Act One ». Lips-X (mon groupe et celui de Lyndon) a sorti un album sur cassette comportant 10 chansons originales sur lesquelles on a tout joué et chanté nous-mêmes. Je suis quasiment sûr qu’il ne reste que peu, voire pas, de copies.

—Pourquoi avoir changé le nom Danse Crazy en Danse Society ? En quoi était-ce lié au label 2 tone ? As-tu pensé que le groupe aurait pu être confondu avec un groupe de reprises ska ?

Paul : Oui, le label 2 tone et le ska avaient vraiment gagné en visibilité dans le mainstream. On aurait très vite pu être confondus avec des groupes comme The Selector, Specials, Madness, et bien d’autres. On voulait absolument l’éviter vu le type de musique qu’on jouait. Bien entendu, je ne dis pas qu’il y avait un problème avec ce genre musical, c’est juste qu’il ne nous représentait pas. On a donc estimé que c’était le moment de changer de nom, notamment avec le départ de Paul Hampshire (Bee), de Dave Patrick et l’arrivée de Tim Wright.

—Le groupe a fondé son propre label, Society Records en 1981. À l’époque, ce n’était pas très habituel. Comment le groupe a-t-il eu cette idée ? Était-ce facile à gérer malgré votre jeune âge ?

—Paul : C’était surtout un moyen pour sortir notre premier single. On l’a autofinancé, on savait qu’on allait devoir se débrouiller seuls, car personne d’autre n’allait nous aider. C’est ainsi qu’est né Society Records, et c’est à partir de ce label que tout a continué. On n’a pas vraiment réfléchi là-dessus. Lyndon et moi-même avons essentiellement géré le côté physique du label tandis que Steve a énormément travaillé sur la promotion.

—Le deuxième single du groupe, « There Is No Shame in Death », est considéré comme un classique gothique de nos jours, mais je suppose que c’était plutôt aventureux de sortir une chanson aussi longue. Avez-vous eu peur de la publier ? Comment a-t-elle été reçue à l’époque ?

—Paul : C’était le deuxième single, mais il a été enregistré en premier, et avec le succès de « Clock », on devait sortir quelque chose assez rapidement pour maintenir notre élan. À l’époque, notre nouveau manager, Marcus Featherby, avait financé sa production. On était contents qu’il se charge de tout, car ça nous a donné plus de temps pour composer de nouvelles chansons. « No Shame » était différente et je pense que c’est ce qui nous a principalement poussés à la sortir à l’époque. Ce qui est sûr, c’est qu’on ne voulait pas s’enfermer dans un seul type de musique (et c’est toujours le cas aujourd’hui).

— Dans « In Heaven (Everything Is Fine) », l’approche est plus expérimentale, ce qui est également le cas dans la plupart des albums de Bauhaus. Penses-tu que les groupes modernes de post-punk ont perdu ce sens de l’expérimentation propre à ce genre lorsque celui-ci était en train de se développer ?

—Paul : Je pense qu’on était influencés par tout un tas de nouveautés, pas seulement de la scène musicale, mais aussi du cinéma, de la télévision, de la mode, de la politique, etc. On était fan de David Lynch, il a vraiment eu une grosse influence sur nous. Eraserhead était complètement différent de tous les autres films. On voulait l’imiter musicalement. Je pense que quelques groupes de l’époque ont ressenti la même chose. Les œuvres d’ambiance solo d’Eno, comme Music for Films et Music for Airports, ont également beaucoup influencé cette chanson. On a mélangé toutes ces idées pour voir ce qui pouvait en sortir.

— Lors d’interviews, le groupe a cité de nombreuses fois Hawkwind et Pink Floyd qui n’étaient pas les influences les plus fréquentes dans les années 80. Selon toi, comment ces groupes ont aidé à créer le son de The Danse Society ?

—Paul : On était tous de grands fans de musique et c’est avec avidité que l’on écoutait tout ce qui nous tombait sous la main. On a grandi dans les 70 où des groupes comme Pink Floyd, Hawkwind, Black Sabbath et bien d’autres retentissaient sur nos lecteurs de disques. Bien qu’aujourd’hui cette musique soit derrière nous, certaines harmoniques et couleurs surgissent occasionnellement dans notre son. Dans nos premiers groupes à l’école, j’ai joué des reprises de Rush, Wishbone Ash, Led Zep (avant la naissance du punk) et c’est ainsi que j’ai appris à jouer de la guitare, mais également en allant voir beaucoup de ces groupes en concert avant l’explosion du punk au cours des années 77/78.

—Le deuxième album, Heaven is Waiting est celui qui aurait dû positionner le groupe dans la même ligue (commerciale, je veux dire) que Bauhaus, The Sisters of Mercy ou The Mission. Que s’est-il passé ?

—Paul : À mon avis, c’est la maison de disques et le manager A&R avec qui on avait signé qui nous ont laissés tomber. Il croyait en nous, nous promettait monts et merveilles (lol). Il a quitté la maison de disque avant la sortie de l’album, ce qui a mis un coup de frein massif au projet. Son remplaçant n’avait rien investi sur nous et ne faisait que suivre le mouvement pour la promotion. Avec le recul, je pense aussi que nos singles n’étaient pas assez commerciaux, mais j’ai toujours eu la conviction qu’on était un groupe d’albums. Il est probable que si on était restés un peu plus longtemps, on aurait certainement été aussi célèbres que The Mission ou lest Sisters, etc. Ce n’était pas notre destin.

—De nos jours, les grandes maisons de disques n’ont plus le pouvoir qu’elles avaient et ne sont plus si grandes. Je suppose qu’Arista était pour vous l’exemple parfait de la maison de disques « maléfique ». Quelles furent les causes de vos problèmes avec ce label ?

—Paul : Comment je l’ai mentionné précédemment, sans investissement de temps et d’argent, rien ne dure. Tout ce qu’Arista voulait, c’était un retour sur investissement rapide. C’est-à-dire avoir un single à succès. Quand il s’est avéré qu’on n’en avait pas, on a été mis hors-jeu. C’est dommage, mais c’est le genre d’histoire qui arrive souvent.

— Dans la chanson « Say it again », le groupe a travaillé avec les producteurs Stock, Aitken & Waterman. Je suis vraiment curieux de savoir comment s’est passée la collaboration avec eux. Étaient-ils du genre exigeant ou vous ont-ils simplement donné quelques lignes directrices ?

—Paul : Ils avaient une identité sonore typique et une façon de travailler bien à eux. Une chose est sûre, c’est que tu peux reconnaître l’un de leurs disques dès les premières secondes. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelait « Hit Factory », un véritable style d’usine. C’est dommage qu’on n’ait pas eu la partie « hit ». C’était l’exemple parfait d’adaptation d’une chanson dans le style avec lequel ils travaillaient. Si vous avez écouté la démo de « Say it again », vous verrez qu’elle est très différente !

Looking Through consistait en quelques démos utilisées pour obtenir un nouveau label, mais finalement, le groupe a choisi de les sortir. Penses-tu que c’était une bonne idée à l’époque ? Il y a quelques années, Maurizio Pustianaz a retravaillé ces morceaux. Comment décrirais-tu la façon dont il les a améliorées ?

—Paul : Les enregistrements de Looking Through étaient des démos pour essayer de décrocher un nouveau deal après Arista. On avait presque réussi, mais finalement tout est parti en sucette. Finalement, on a décidé de les sortir sous forme de CD, mais la qualité du pressage était assez médiocre. Maurizio (qui a remasterisé beaucoup de nos vieux morceaux) était un grand fan et a accompli un travail fantastique en ramenant les morceaux à un niveau similaire à ce que j’avais déjà entendu en studio.

—Que s’est-il passé à ce moment-là avec le groupe ? Est-ce que vous trouviez la situation peu satisfaisante ?

—Paul : Comme je l’ai dit, tout est parti en sucette et tout ce business nous a complètement désillusionnés. L’alcool et la drogue ont joué un rôle dans tout ça, et sans direction à prendre, le groupe a commencé à se fragmenter.

—Tous les membres du groupe (mis à part le chanteur) ont continué sous le nom de Johnny in the Clouds. Peux-tu nous en dire plus au sujet de ce groupe éphémère ?

—Paul : Après le départ de Steve, parti en quête de gloire et de fortune à Londres puis à Los Angeles, on a brièvement continué avec un autre chanteur (Mark de Music for Pleasure, le vieux groupe de David avant qu’il ne remplace Lyndon). Pendant un certain temps, c’était génial ; on a écrit et enregistré un bon album (je l’ai réécouté récemment) et on a fait quelques concerts, mais avec le recul, je pense que la gangrène s’était déjà trop installée et que c’était déjà trop tard.

—Paul, qu’as-tu fait au cours des 24 années de pause de The Danse Society ?

—Paul : Après Johnny and the Clouds, j’ai travaillé avec Tim et Andy O de Blue Zoo sur un projet ainsi que sur quelques trucs de télévision et de film avec David. Puis j’ai rejoint le groupe Party Day, initialement pour produire, mais ensuite pour jouer de la guitare. C’était passionnant, frais, fort, cru et j’ai adoré ça. En plus, il n’y avait aucune pression. C’était comme si j’étais revenu au début de The Danse Society. Évidemment, vu que je devais payer l’hypothèque, etc. j’ai géré un magasin de bandes dessinées pendant un certain temps puis un magasin de disques HMV. Enfin, on a déménagé à Scarborough où j’ai occupé divers emplois avant de commencer ma carrière d’enseignant. La musique a pris du recul. J’ai fait quelques morceaux et d’autres trucs, mais certaines choses ont pris l’ascendant au cours de cette période. Je suis à la fois tombé dans et hors de la musique, parfois amer, parfois inspiré.

— Maeth, que peux-tu nous dire de Blooding Mask, ton autre groupe ? Celui-ci a été créé en 1992, n’est-ce pas ? Était-ce ton premier groupe ? Vous alliez sortir un nouvel album l’an passé. Que s’est-il passé ?

—Maeth : Blooding Mask n’était pas mon premier groupe, mais c’est le premier que j’ai moi-même fondé. C’est un projet nimbé d’ésotérisme caractérisé par de la musique expérimentale avec un son orchestral fort, tribal et lyrique dans plusieurs langues. À cause du contenu ésotérique, je me concentre sur la capture de bons alignements cosmiques et sur les rituels au lieu de me préoccuper d’un calendrier. C’est un projet de niche, mais avec des followers très enthousiastes. D’une certaine façon, c’est un soulagement parce qu’il n’a jamais été pensé pour faire de la musique à l’origine. Le côté musical est juste une conséquence. C’est la raison pour laquelle Blooding Mask ne compte que 4 albums après 30 ans d’existence jusqu’à aujourd’hui. D’un certain point de vue, le nouvel album Autopsy of a Dream n’est pas vraiment en retard, il prend juste son temps pour sortir. J’ai vraiment hâte que Paul (Nash) se joigne à nous et que les nouvelles chansons/vidéos sortent. Alerte spoiler ! Le nouveau titre est en japonais.

—Est-ce que ça a été difficile pour The Danse Society de revenir avec une nouvelle chanteuse ? Comment les fans l’ont-ils perçu ?

—Paul : Dans l’ensemble, leur retour a été plutôt positif. Évidemment, on a eu quelques oppositions haineuses ; principalement des personnes qui n’avaient même pas écouté l’album Change of Skin. C’est un risque professionnel de nos jours (des trolls, de tristes sires qui n’ont rien de mieux à faire), mais on ne s’est pas reformé « pour les fans ». On voulait juste refaire de la musique et en profiter. Intégrer Maeth en tant que chanteuse a été une révélation dans l’écriture sonore et musicale (on a adoré).

—Maeth : Là, je dois parler en toute honnêteté. Je faisais partie des gens qui attendaient de voir la réforme du groupe avec lui. J’ai donc été vraiment surprise quand on m’a dit qu’il avait disparu après avoir enregistré les voix sur une seule piste. Parce que la première annonce l’incluait, ce fut une sorte de choc au début pour beaucoup de gens. Cependant, après une décennie, je peux vous assurer que la grande majorité de nos fans nous soutiennent fortement malgré cette controverse initiale. La principale raison pour laquelle notre son a évolué depuis 1980 jusqu’à aujourd’hui, c’est que The Danse Society n’a jamais été considéré comme un groupe pouvant être catégorisé ou devenir un cliché. Remplacer Steve n’était pas une blague. Son talent et sa présence étaient très distinctifs et tout autre chanteur masculin aurait fait pâle figure en comparaison. Le groupe a fait un véritable acte de foi avec moi et a confirmé qu’il a la capacité de se réinventer, même après 40 ans. Le 17 avril 2021, on va célébrer les 10 ans de la refonte du groupe avec moi. C’est plus long que la durée de vie de la première équipe dans les années 80. De plus, voir de nouvelles générations et des plus anciennes se mêler pour profiter de nos concerts est la raison pour laquelle nous sommes toujours ici.

—Comment se porte Steve Rawlings ? Êtes-vous toujours en contact avec lui ?

—Maeth : Non, malheureusement. Il a perdu tout contact avec nous. Nous espérons qu’il va bien.

— Concernant Change of Skin, mis à part quelques changements évidents, l’album est assez long, en particulier pour les standards de The Danse Society. Quand avez-vous composé ces chansons ? Celle chantée par Steve Rawlings n’est apparue que sur l’édition CD, non ?

—Paul : Non, la chanson « Towers » est sortie il y a seulement quelques années (en dehors de tout intérêt général) au format digital et au format CD pour la compilation 40 years of Danse. « Towers » a été réenregistrée en tant que titre éponyme de l’album Change of Skin (de façon appropriée).

—Maeth : « Towers » est le seul morceau enregistré avec Steve, mais il n’a pas du tout été inclus dans l’album. Les pistes ont été composées et enregistrées entre 2010 et 2011.

— Maeth, est-ce que Scarey Tales est le premier album où tu as participé à la composition des chansons ? Comment le groupe a-t-il trouvé le concept de l’album ?

—Maeth : Pour être honnête, j’ai co-écrit les paroles de Change of Skin et j’ai écrit les mélodies vocales sur toutes les pistes. Seules les parties instrumentales étaient déjà écrites lorsque j’ai intégré le groupe. Cependant, Scarey Tales a ouvert un tout nouveau chapitre parce qu’on a commencé à échanger des démos et à rassembler toutes nos idées dès le début. On était impatients de sortir de nouvelles chansons. C’est pourquoi l’album est beaucoup plus court par rapport à Change of Skin. Le concept était de raconter des histoires effrayantes en musique avec un livret pour les accompagner, un peu comme la bande-son d’un film, mais en plus old school. Il y a eu beaucoup de belles influences. « The Tale » est ma préférée. J’ai été inspirée par Lovecraft lorsque j’ai écrit les paroles.

—Le groupe a enregistré des reprises, d’abords « White Rabbit » de Jefferson Airplane et « The Sound of Silence ». Aviez-vous une raison spéciale de choisir ces chansons ? Aimez-vous revisiter des chansons célèbres dans des versions plus sombres ?

—Paul : C’est moi qui ai choisi ces deux reprises. Je savais que Maeth se surpasserait vocalement sur « White Rabbit » et j’ai pensé qu’on pourrait en faire une version intéressante en assombrissant ces morceaux emblématiques (je pense que nous avons adoré). J’ai été particulièrement content de « Sound of Silence » qui a commencé avec le riff de guitare, mais malheureusement, il a été éclipsé par la version de Disturbed qui est sortie à peu près en même temps (les grands esprits se rencontrent, haha).

— Selon la description de votre dernier album, « Sailling Mirrors est une plongée ténébreuse dans la vie passée, présente et future ». De quelle manière le passé a-t-il influencé le groupe ?

—Paul : Je ne pense pas trop au passé, si ce n’est que je suis reconnaissant des occasions qu’il nous a offertes (en tant que groupe et en tant que personne). Je m’intéresse davantage au présent, à l’avenir ainsi qu’à mon prochain projet. À l’heure actuelle nous avons notre « 40 years of Danse celebrations » et nos anciennes et nouvelles sorties. J’essaie de récupérer toutes les vieilles et les nouvelles pistes ainsi que des morceaux inédits. Je suis également bien occupé avec le nouvel album de Blooding Mask et la préparation d’une tournée de Danse au Royaume-Uni, mais aussi avec notre prochain album. Tout se met en marche.

— Pensez-vous que Sailing Mirrors est un album qui peut plaire aux vieux fans ?

—Maeth : C’est le cas, à en juger par les retours qu’il génère ! À l’exception de la chanson homonyme, qui est très orchestrale grâce à l’impressionnante contribution de David Whitaker, la plupart des morceaux sont toujours à l’image du son original. C’est toujours la même entité, mais réinventée.

— Comment le groupe a-t-il vécu pendant la pandémie ? Je sais que le père de Paul Nash est malheureusement décédé à cause de la COVID-19.

—Maeth : Il y a eu beaucoup de bonnes et de mauvaises choses. Nous avons perdu le père de Paul, j’ai perdu mon chien et je sais que je n’ai pas besoin de vous dire à quel point ils nous manquent. Cependant, rester à la maison a été une bénédiction à bien des égards parce que nous avons eu plus de temps que nécessaire afin de continuer à travailler sur Sailing Mirrors dans notre studio et de partager quelques moments de répit tous ensemble. On a eu la chance d’avoir quelques super concerts juste avant le confinement. On joué en première partie de Toyah le 29 février à Scarborough et au Porta Nigra Festival en Belgique le 7 mars. Puis tout s’est figé, mais pas pour nous. On a hâte de rejouer !

—Je sais qu’il est assez difficile de penser à l’avenir avec une situation pareille, mais quels sont vos futurs projets ? Vous enregistriez en studio récemment, non ?

—Maeth : Oui, on enregistre la suite de Sailing Mirrors actuellement. On aimerait la sortir à la fin de cette année ou au début de 2022. On espère que notre tournée au Royaume-Uni avec Inertia, et Black Light Ascension et Form aura bien lieu en juillet. Nous sommes aussi impatients de retourner en Belgique pour le Sinner’s Day Special en août. On planifie prudemment d’autres dates que nous annoncerons bientôt.

—L’année dernière, le groupe a sorti un enregistrement live avec du matériel datant de 1980 à 1982 et a également publié sur Bandcamp un album live de l’époque de Danse Crazy. Allez-vous publier plus de matériel musical de cette époque ? Avez-vous déjà pensé à sortir un album avec les chansons classiques chantées par Maethelyiah ?

—Paul : Oui, comme je l’ai mentionné avec les « 40 years of Danse », j’essaie de sortir beaucoup de choses intéressantes. Il y en a d’autres à venir, de l’audio et du visuel qui incluront de vrais goodies. Pour en savoir plus, c’est là que je vous invite à nous connecter à nos chaînes, y compris à notre page Bandcamp (dansesociety.bandcamp.com). Peut-être qu’un album live serait une bonne idée, nous avons toujours l’habitude de jouer une sélection de vieux titres en live. Ce ne sont jamais les mêmes, mais ils sont très amusants à interpréter et avec une voix féminine cela leur donne une saveur particulière.

—Maeth : Tu soulèves un point assez intéressant. On a adoré sortir « Come Inside » dans une version exclusive de la bande-son originale du film italien St@lker en 2013, mais également une reprise spéciale de « Seduction 2012 » que vous pouvez écouter sur YouTube (en visionnement nocturne uniquement). Oui, vous pouvez trouver l’ensemble de notre catalogue sur la page Bandcamp du groupe, mais on n’a pas l’intention d’enregistrer de vieux morceaux avec moi parce qu’on a tout un tas de nouvelles idées pour nous occuper. Cependant, vous êtes plus que bienvenus à nos concerts. On s’assure toujours que la moitié de notre set se compose de titres déjà parus.

—Comment va se passer votre concert au Sinner’s Day Special ?

—Maeth : On est impatients de revenir en Belgique ! C’est un endroit génial et on sait qu’on va s’éclater !

—Paul : Je ne peux pas vous dire à quel point la Belgique nous manque. Nous adorons la Belgique, ce sera un concert formidable ! On vous retrouvera là-bas. Un grand merci pour les questions et pour ceux qui lisent ces lignes. Paix et amour TDS.

 Traduction : Rémi Sauze

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More