Portada » Chemical Waves – Stories from the world

Chemical Waves – Stories from the world

par François Zappa

Chemical Waves, le projet de darkwave/coldwave originaire de Rome nous propose de nouveau un autre disque rempli de collaborations. Parmi les voix de ce Stories From the World on retrouve à nouveau Bedless Bones, qui avait déjà collaboré dans Even When We Fall Apart, ainsi que Gerd Van Geel, du groupe classique The Arch, le projet de darkave texan Death Loves Veronica, le français Then Came The Rain, la chanteuse des Portugais Velvel Kills, l’inclassifiable XTR Human ou le post-punk du groupe Washington Social Station. Comme pour les disques antérieurs, Stories from the World est parfait pour connaître de nouveaux groupes intéressants issus de notre monde préféré.

Le disque commence avec la voix de Bedless Bones, qui met sa sensualité et sa passion au service d’un morceau qui rappelle un mélange de Garbage et de Depeche Mode, ponctué d’incroyables guitares. Gerd Van Geel de The Arch prête sa voix à « Obsession and Cure », un morceau qui compte sur un accompagnement musical plutôt minimal. Si on nous demande comment sonne la musique gothique, ce morceau en serait la réponse. En outre, il fait partie des meilleurs du disque. The Purge nous apporte un goût classique avec « Demon in Me », autre morceau rempli d’obscurité. Comme il est habituel dans les disques de Chemical Waves, on arrive à l’interlude, représenté dans ce cas par le magnifique « Eternally ». Le morceau cinématographique « A Dark Prayer », chanté à merveille par Death Loves Veronica, nous donne des frissons.

« Alibi » est marqué par un puissant rythme presque martial où les guitares rappellent The Cure ainsi que par la belle voix de Sara Stuttgart. « Sixty », avec la participation de Then Came The Rain comporte une intro inquiétante et donne la chair de poule. C’est un morceau lent et sombre avec une harmonie qui aide à intensifier son atmosphère. Dans « Rangers on the Road », on compte avec la magnifique interprétation de Su Eko de Velvet Kills. Le rythme ralentit et devient presque funèbre avec « On Another’s Sorrow » où la jolie voix d’Iris Capricorn nous conduit à des territoires de tristesse infinie. « Your Voice » est un morceau étrange avec la voix de XTR Human. Moins immédiat, il requiert plus d’écoutes. Social Station chante avec passion sur un fond éthéré dans « Field of Static ». Enfin, pour conclure le disque, « Cruel » nous propose une ambiance inquiétante avec des guitares acoustiques.

Si vous avez aimé les disques précédents de Chemical Waves, il est impossible que vous n’aimiez pas celui-ci. Même si la formule est la même, la variété de voix invitées rend cette expérience unique à chaque fois. Si, en outre, on ajoute à cela d’incroyables compositions et des arrangements réalisés avec soin… que demander de plus ?

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More