Inicio » Noticias » Spiryt

Spiryt

par François Zappa

Spiryt est le nouveau projet du musicien français Jaen Luc Cruchot. Ce dernier commence son parcours musical dans le groupe No Answer, actif de 1986 à 1995. À cette époque, sa musique s’inspire de Sisters of Mercy. Le groupe est composé d’une boîte à rythmes, d’une guitare et d’une basse et, avec l’arrivée de la techno, il commence à être influencé par Die Krupps ou encore Ministry. Après sa séparation, Jaen Luc continue sa carrière en solo et compte sortir un album, appelé Sad Songs, qui, finalement, ne voit pas le jour. Jaen Luc, sous le nom de Spiryt, continue la musique en travaillant avec des artistes plasticiens pour qui il créait la musique d’ambiance de leurs expositions. Il a également apporté son aide à de jeunes designers.

Parmi ses influences actuelles, on peut compter Dead Can Dance. C’est également un fan inconditionnel de Siouxie and the Banshees. Il a également suivi les Sisters of Mercy jusqu’en 1985, année après laquelle il considère que le groupe n’est plus ce qu’il était. The Sisterhood et Cocteau Twins font également partie des groupes qu’il apprécie. Quant au trip hop, il est fan des groupes classiques comme Massive Attack et Portishead.

Sur Bandcamp, on peut retrouver ses morceaux qu’il a mis au compte-gouttes. Désormais, il est possible de profiter de l’album homonyme de Spiryt, sorti chez le label italien Seahorse Recording. Le disque compte 14 morceaux instrumentaux très cinématiques qui arrivent à caresser les univers musicaux de Dead Can Dance et de Massive Attack. Ainsi, le premier morceau, « Circle Radiant », assez épique, nous rappelle les DCD tandis que d’inquiétants claviers avec un sample qui nous rappelle la voix d’Elizabeth Fraser créent « The Poison ». « Derrière le voile » est, quant à lui, un morceau dark et pesant. « Effigie » nous rappelle les Massive Attack de l’époque de Protection, mais en très dark avec des influences industrielles. Comme on peut le voir, le disque est assez varié, mais toujours très sombre. « Ninite Gardens » semble être l’un des morceaux les plus évocateurs, tandis « L’hiver », autre des meilleurs morceaux, réussit à nous faire voyager dans le temps. Il est très intéressant de voir comment les morceaux évoluent. Ainsi, « L’hiver » termine de façon très sombre avec une cloche insistante et de terrifiants coups. « Seven » constitue un autre des joyaux de Spiryt. Le disque se termine sur deux morceaux très intéressants : « Natalia » et « Tadaodaha ». Ce dernier est un peu plus lumineux que le reste. Spiryt est une œuvre complète et complexe, qui peut vous accompagner dans ces moments obscurs que l’on connaît souvent.

Jaen Luc aimerait se produire en live, mais c’est un véritable travail de titans. Des négociations sont en cours avec des musiciens et il se pourrait que dans peu de temps, il commence à donner des concerts. En attendant, vous pouvez commander l’album ici pour 10 euros.

Laisser un commentaire

douze + 7 =

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More