Portada » Carrion – Testament ov the Exiled

Carrion – Testament ov the Exiled

par Rémi

Découvrons Carrion, un groupe de metal industriel norvégien à travers Testament Ov The Exiled (Revised Edition), leur premier album. Paru le 18 janvier 2021 avec le label Brutal Resonance Records, l’album est disponible au format numérique, mais aussi cassette (en édition limitée).

Je dois avouer que je ne m’attendais pas à entendre un son pareil. Cela va faire plusieurs mois que je rédige des critiques pour El Garaje de Franck et Carrion fait partie de ces rares groupes dont l’univers musical m’a surpris. Dans Testament Ov The Exiled, il règne une atmosphère terriblement sombre au sein de laquelle on ne peut s’empêcher de se complaire avec délectation. Riffs lourds de guitares électriques bourdonnantes, monstres sonores frétillants, magma de grave et voix écorchées font de ce voyage avec Carrion une expérience sonore violente et déroutante entre metal et industriel.

« With Nails » donne le ton immédiatement. Les sons naissent d’une ambiance sourde et grave. Ils crissent horriblement comme des ongles qui raclent une surface, s’arrachent. Dans « To Eat Crow », les éléments électroniques créent un fond sonore statique très intéressant, sur lequel évoluent un ostinato mélodique grinçant et une voix gutturale, dissimulée dans les ombres qui susurre des mots.

Les ambiances, bien qu’elles soient toutes sombres, voire morbides, sont très variées. Ainsi, « Putting Tape Over Martyrs Mouths » évoque l’image d’une procession ténébreuse au pas lourd, « Order Diptera » offre une ambiance très large, comme un grand espace souterrain. Quelques titres sont très courts : « Ghost in the Machine » et « Alkahest » sont à l’image du premier titre. Ils ponctuent l’album de phases de « repos », par leur structure différente et leur emplacement. Enfin, avec son spectre sonore saturé et torturé, « Dogs Ov Hell » flirte avec l’inaudible, ce qui lui confère une identité particulière, un peu comme un monstre écorché vi« The Blood ov Saints » et « Let Us Bleed » sont les deux titres qui m’ont le plus marqué. Ils explorent tous les deux quelques décalages rythmiques simples, mais efficaces. Un peu d’asymétrie renouvelle le discours musical. Les trois remixes de « The Blood ov Saints » enrichissent la palette de l’album de nouvelles couleurs.

Entre voix écorchées, guitares grouillantes, batterie fracassante et des sons électroniques fourmillants, Testament Ov The Exiled (Revised Edition) est une créature musicale à la silhouette indéfinissable qui évolue dans un univers délicieusement sombre. Aliénation musicale ou fresque morbide, même si la progéniture de Carrion n’est peut-être pas faite pour les âmes et les oreilles sensibles, on vous recommande d’y jeter une oreille ou deux.

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More