Portada » Interview : Tony Wakeford (Crisis)

Interview : Tony Wakeford (Crisis)

par François Zappa

Nous avons eu le plaisir de parler avec Tony Wakeford, membre fondateur de Crisis et de Death in June, et alma mater de Sol Invictus. Il est maintenant en tournée avec Crisis, à la recherche d’un héritage identique à celui du premier jour. Ils joueront à Madrid, le samedi 22 septembre, dans la Wurlitzer Ballroom. Bien sûr, les promoteurs sont les membres d’Indypendientes, et vous pouvez acheter les tickets ici : 

Pourriez-vous nous dire en quoi consistait faire partie d’un groupe de punk à Guildford en 1977 ? Les concerts étaient-ils aussi sauvages qu’on le décrit parfois ?

Probablement. Mais j’ai déménagé à Londres aussi vite que j’ai pu. Certains de nous allaient au Roxy et essayaient ensuite d’éviter les soul boys (fans de soul et de funk de la classe moyenne). Ensuite, on dormait à la gare de Waterloo en attendant le premier train. Il paraît que beaucoup de speed circulait, mais personnellement, je ne suis au courant de rien…

Le magazine Sounds a qualifié la musique de Crisis de « Music to March to » (musique pour les manifestations). Êtes-vous d’accord avec cette définition ?

Elle est aussi bonne qu’une autre, je suppose. Crisis a commencé grâce aux rencontres dans les manifestations. Nos deux chansons « Red Brigades » et « White Youth » transmettent toutes deux ce sentiment.

Avec quels autres groupes de l’époque vous identifiez-vous ? Crass, peut-être ?

À l’époque, on était trotskistes, tandis que Crass étaient des anarchistes. L’histoire a prouvé qu’ils étaient moins en tort que nous.

J’ai lu que vous avez joué de très longs concerts lors de manifestations organisées par la campagne Right to work, pourriez-vous en dire un peu plus ?

La campagne Right to work a organisé une manifestation depuis le nord de l’Angleterre jusqu’à Londres. J’y ai participé et le groupe a décidé de jouer. Bon, en réalité, j’ai passé une semaine à Birmingham à cause d’une intoxication éthylique. Dans plusieurs manifestations, on a joué à l’arrière d’un camion et c’est probablement de là que vient l’expression « Music to March to ».

Pourriez-vous nous indiquer pourquoi Crisis s’est séparé pour la première fois ? Peut-être en raison du changement de line-up ?

À cause des problèmes habituels dans un groupe. Doug et moi, ont était ouverts politiquement parlant. Ce n’était pas vraiment le cas des autres. Lorsque Luke est parti rejoindre Theatre of Hate, nous avons réalisé que nous n’avions pas envie de trouver un autre batteur.

Pourquoi pensez-vous que l’intérêt pour les groupes de 1977 augmente, et plus particulièrement pour Crisis ?

Je ne suis pas sûr. Je crois que c’est une période dont les thèmes sont encore pertinents. Aujourd’hui la musique a perdu de son importance de bien des manières. Je comprends qu’une époque où la musique avait beaucoup d’impact puisse sembler attrayante.

Vous avez d’abord créé 1.9.8.4. pour jouer ces chansons, puis vous avez changé le nom en Crisis. Était-ce plus facile de trouver des concerts avec ce nom ?

Oui, je peux comprendre que ça puisse ressembler à une décision cynique. Un Crisis sans moi ou un Crisis sans Doug n’est qu’une approximation. Mais après 40 ans, c’est le mieux qu’on puisse faire. Nous avons reçu de bons retours et je préfère garder contrôle sur les choses au lieu de les laisser aux mains d’un groupe de reprise.

Depuis 1987, vous avez sorti des albums sous le nom de Sol Invictus avec une très longue discographie. Par où pourrait commencer un néophyte ? Vous pourriez nous recommander un disque ?

In The Rain, In a garden green, Necropolis et The Blade.

Vous avez créé le label Tursa au début des années 1990 pour sortir votre musique. Qu’est-il arrivé à ce label ?

C’était devenu un travail ingrat. Le fait de brûler de l’argent aurait été moins stressant et aurait apporté les mêmes résultats.

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More