Portada » Interview : Suicide Commando

Interview : Suicide Commando

par François Zappa

Le suicide est uniquement une solution lorsqu’on parle de Suicide Commando, le légendaire groupe belge qui a commencé à composer une musique abrasive et industrielle. Leur style a changé au fil des ans, pour finalement se transformer en un son harsh electro qui les a rendus célèbres. Nous avons parlé avec Johan Van Roy de l’histoire d’un groupe qui sera en tête d’affiche du DarkMad Festival, à Madrid, le 15 et 16 octobre.

—Comment était la Belgique lors de la naissance de Suicide Commando ? Aujourd’hui, beaucoup de documentaires essaient d’appréhender la musique de cette époque en fonction des contextes sociaux et politiques. Trouves-tu qu’il y a une relation entre tes débuts et la situation dans ton pays à cette époque ?

—Je suis persuadé que les années 80 ont eu un impact sur moi et ma musique. J’ai grandi dans les années 80 avec le mouvement de la nouvelle vague (avec des groupes comme The Cure, Sisters of Mercy, Joy Division… et plus tard avec des groupes comme Front 242, The Neon Judgement, The Klinik…), qui a été fortement influencé par la crise politique de ces années marquées par un taux de chômage élevé… Même si ce n’est pas la raison principale pour laquelle j’ai commencé ma carrière de musicien, l’atmosphère sombre et négative des années 80 a certainement déteint sur ma musique.

—Tes premières cassettes éponymes étaient purement industrielles. Quelles étaient alors tes influences ? Que voulais-tu réaliser avec ce projet à l’époque ?

—Musicalement, The Klinik a été ma plus grande influence. Quand j’ai découvert des groupes comme The Klinik, Front 242 et Fad Gadget, j’ai vraiment voulu commencer un projet électronique. C’est ainsi que Suicide Commando est né. Je n’avais pas d’objectif particulier. Quand j’ai commencé, ma musique était liée à ma passion, une passion pour la musique électronique. Encore aujourd’hui, mon amour pour ce genre de musique est ma plus grande motivation.

—Penses-tu que la scène industrielle a changé entre la fin des années 70 et la fin des années 80 ? Je veux dire qu’après dix ans, tout sortait encore principalement sur cassette et était très underground.

—Je ne pense pas que la scène industrielle ait tellement changé au cours de ces premières années. En effet, tout était encore très underground et de nombreux groupes commençaient seulement à sortir des cassettes, même des groupes comme Front Line Assembly, Nitzer Ebb. Tout a commencé de cette façon. La grosse différence était principalement technique. Les synthés étaient encore extrêmement chers à cette époque, les samplers l’étaient encore plus, et très limités au niveau des possibilités. Les cassettes et les vinyles étaient ce qu’il y avait de plus commun. La véritable révolution technologique a commencé au début des années 90 avec l’arrivée des ordinateurs et l’avènement du disque compact.

—Peux-tu me décrire la musique de tes albums Crap et Go to Hell ? Je n’ai pas pu les trouver. Envisages-tu de les rééditer ?

Crap et Go to Hell étaient tous les deux dans le même esprit que mes autres premières cassettes : très expérimentaux, minimalistes et industriels. Avec les années, j’ai reçu de nombreuses demandes de réédition de mes vieilles cassettes de démo. Jusqu’à présent, on a réédité les deux dernières cassettes de démo Black Flowers et Electro Convulsion Therapy. Actuellement, il est prévu que ma toute première cassette de démo de 1988 soit rééditée sur vinyle.

—Tu as enregistré deux albums avec le groupe Stin Scatzor (vous avez chacun enregistré sur une face de la cassette) au début des années 90. Comme est née cette collaboration ?

—À la fin des années 80, j’ai rencontré Stefan Bens qui venait de lancer son propre projet avec Stin Scatzor. Peu de temps après, on a lancé ensemble un projet d’EBM intitulé Lescure 13 et on a effectivement enregistré ces deux splits. Je pense que c’était une belle façon de diffuser notre musique et avec l’achat d’une cassette, les auditeurs pouvaient découvrir deux groupes. C’était un moyen intéressant d’attirer plus de gens.

—Comment as-tu évolué vers un son plus électro ? Est-ce que Into the grave était la graine originelle du futur son de Suicide Commando ?

—Ce n’était pas un choix délibéré, mais petit à petit, avec l’extension de mon équipement, de nouvelles possibilités se sont offertes à moi. Je pense que c’était surtout une évolution naturelle de mon son. Le nouvel équipement offrant plus de possibilités, peut-être que Into the grave était la première cassette avec un son plus électro, mais ce n’était pas intentionnel.

—Quel équipement utilisais-tu pendant les premières années de Suicide Commando ? Les enregistrements étaient réalisés chez toi, n’est-ce pas ?

—Mon premier équipement était le légendaire synthé Roland SH101, connecté à une boîte à rythmes Boss Dr. Rhtythm. C’était essentiellement ça au début. Petit à petit, j’ai commencé à étoffer mon outillage avec plus de boîtes à rythmes et de synthés. Il m’a fallu attendre 1995 et Stored Images, mon deuxième album sur CD, pour commencer à travailler sur ordinateur avec une autre machine, elle aussi légendaire, l’Atari 1040ST. Tous mes enregistrements ont été faits à la maison, dont ma toute première cassette avec un enregistreur à quatre pistes, loué à un ami. Mais même aujourd’hui je continue à faire mes enregistrements à la maison avec, bien sûr, beaucoup plus de possibilités qu’au cours de ces premières années.

E.C.T (Electro Convulsion Therapy) est le dernier album réalisé entièrement par tes soins. Qu’est-ce qui a changé entre cet album et le suivant ? Je veux dire, un label a commencé à sortir ta musique… Certaines de ces chansons sont sorties une nouvelle fois dans Critical Stage. Pourquoi ?

—Peu après la sortie de la cassette E.C.T, j’ai eu la possibilité d’apparaître sur une sorte de split avec trois autres groupes en pleine ascension. Le CD s’appelait Induktion, Varianz und Deren Folgen, sorti sur Kugelblitz Records. Le type à la tête de ce petit label allemand s’appelait Sefan Herwig. Peu après, il a commencé à travailler pour Off Beat, un autre label allemand beaucoup plus important. Du coup, je l’ai rejoint sur ce label. D’une certaine façon, on peut considérer Critical Stage comme étant un genre de « best of » de mes premières années. Et effectivement, il y avait pas mal de chansons de ma dernière démo E.C.T, mais aussi des versions retravaillées plus anciennes.

—Dans Critical Stage, tu as travaillé avec Eric van Wonterghem et Dirk Ivens. Comment s’est déroulée cette collaboration ? Tu nous as dit qu’ils ont eu une grande influence sur ton travail. L’une des chansons de cet album a été rééditée par Dirk Ivens dans son nouvel album de Dive. Tu aimes la nouvelle version ?

—Eh bien, la Belgique est très petite, il était donc assez facile d’entrer en contact avec eux. Eric dirigeait juste un studio de mastering, donc pour moi, c’était l’endroit parfait pour faire le mastering de mes premiers albums. Comme je l’ai dit, j’adorais The Klinik, donc ils ont eu certainement une grande influence sur ma musique. Aujourd’hui encore ils peuvent être considérés comme l’une de mes principales influences. Oui, j’ai entendu la nouvelle version de Dirk. Je ne suis même pas sûr que Dirk se souvienne qu’il a déjà utilisé ces paroles sur mon premier album. C’est l’une de ces chansons expérimentales et minimales typiques de Dive. Ce n’est peut-être pas ma préférée, mais elle incarne bien l’essence de Dive.

—Certaines personnes se plaignent de l’utilisation de samples dans Mindstrip. Maintenant que de l’eau a coulé sous les ponts, qu’est-ce que tu en penses ? Il est vrai que de nos jours, les groupes de dark electro utilisent beaucoup de samples dans leurs chansons.

—J’ai toujours aimé utiliser des samples, ça peut créer une certaine ambiance qui colle vraiment bien avec le genre de musique que je compose. C’est vrai que j’en ai beaucoup utilisé dans Mindstrip, mais je ne m’en suis aperçu qu’en travaillant sur l’album Mindstrip Redux. Je retravaillais toutes les chansons de l’album original. Ce n’était donc pas un choix délibéré d’utiliser autant de samples, mais j’ai essayé d’en utiliser le moins possible dans la version « Redux », pour le meilleur, du moins je l’espère.

—Grâce à la musique de cette période, tu es considéré comme l’un des pionniers du sous-genre Aggrotech. Que penses-tu de ce style ? Es-tu intéressé par un artiste en particulier ?

—Qu’est-ce qu’un nom ? Aggrotech, hellektro, endzeit electro… ce sont tous des noms différents étiquetés sur la même musique selon moi. Je ne me considère pas vraiment comme étant « “l’inventeur » de ce genre de musique électronique, des groupes comme Leaether Strip faisaient déjà de la musique de ce genre avant moi. Mais il est vrai que le succès soudain de l’album Mindstrip en 2000 a été un véritable un boom pour ce type de musique. De nombreux groupes se sont lancés sur le terrain de l’Aggrotech au cours des années suivantes. Au début, j’aimais la plupart de ces groupes, mais après un certain temps, beaucoup trop d’entre eux avaient le même son, privilégiant la quantité au lieu de la qualité. C’est dommage, car ça a conduit à une indigestion, une overdose de ce genre de musique. Ce qui est marrant, c’est qu’au début, on m’a félicité d’avoir été une sorte « d’inventeur » ou de « parrain » de l’hellektro, de l’endzeit electro. Après l’overdose, j’ai tout à coup été blâmé pour tous ces imitateurs qui essayaient d’avoir le même son que Suicide Commando.

—Dans Axis of Evil, on retrouve quelques références à Bush. En fait, le nom de l’album vient d’une expression de son cru. Penses-tu que la musique a le pouvoir de faire réfléchir les gens ? Est-ce que la situation actuelle influencera tes futures chansons ?

—J’ai parfaitement conscience que ma musique ou mes paroles ne changeront pas le monde, mais je suis satisfait si dans une certaine mesure, elles provoquent quelques interrogations. Je ne suis pas un groupe politique, mais avec les années, j’ai écrit beaucoup de chansons qui traitent de décisions politiques que je n’approuve pas personnellement, des chansons comme « In Guns We Trust » (à propos de la politique sur les armes à feu aux États-Unis) ou plus récemment, « Bunkerb!tch » (sur l’oppression politique)… par exemple.

Bind Torture Kill est un album conceptuel sur les tueurs en série, le titre venant du pseudonyme de Dennis Rader. Que trouves-tu d’intéressant chez eux ? Curieusement, lorsque je préparais mes questions, j’ai découvert que les tueurs en série qui ont fait le plus de victimes sont originaires du Pérou et de l’Équateur. Comme quoi, l’idée que ce genre de truc est typiquement américain est complètement fausse.

—J’ai toujours eu une sorte de fascination pour les tueurs en série, pas nécessairement pour leurs actes cruels en soi, mais plutôt une sorte de fascination pour l’aspect psychologique de tout ça, comme ce qui se passe dans leur esprit lorsqu’ils passent à l’acte ou ce à quoi ils pensent une fois le crime commis, si cela leur a apporté une quelconque satisfaction (sexuelle)… Oh, je suis sûr qu’il y a beaucoup plus de tueurs en série dans la nature, je ne pense pas qu’ils puissent être réduits aux seuls États-Unis ou en Europe… ils sont partout !

—Tes EP comportent toujours beaucoup de remixes. Comment choisis-tu un artiste pour te remixer ? Pourrais-tu citer un artiste que tu apprécies particulièrement ?

—La plupart du temps c’est surtout un échange de remix avec des groupes ou des groupes plus petits me demandant s’ils peuvent faire un remix pour moi. Ou alors, je demande simplement à des groupes amis s’ils peuvent me remixer. Je préfère être remixé par de plus petits groupes passionnés et dévoués, plutôt que par de plus gros groupes qui demandent de l’argent et offrent des remixes pas très inspirés.

—Tu es aussi DJ. Quel est le meilleur moment pour jouer un morceau de Suicide Commando au cours d’une session ?

—Quand tu veux que les gens rentrent chez eux… Haha, non plus sérieusement, je n’aime pas vraiment faire tourner mes propres chansons dans mes sets. Ne me demandez pas pourquoi. Je ne me considère pas non plus comme un vrai DJ, je n’ai absolument aucun talent pour ça.

—Tu étais l’un des fondateurs de Dependant Records avec Eskil Simonsson (Covenant), Bryan Erikson (Velvet Acid Christ), Ronan Harris (VNV Nation) et Stefan Herwig. Comment se passait la gestion de ce label avec un groupe de musiciens aussi incroyables ?

—On ne « gérait » pas vraiment le label, c’est uniquement Stefan Herwig qui s’en chargeait. On avait surtout le rôle d’enseigne ou de plateforme pour le label afin de le rendre parfaitement identifiable pour le monde extérieur.

Mindstrip Redux est ton dernier album. En quoi ces chansons avaient-elles besoin d’une mise à jour, d’une nouvelle version ?

Au début, j’ai seulement retravaillé la chanson « Hellraiser », mais je me suis tellement amusé que j’ai aussi commencé à retravailler « Mindstripper ». Ensuite, l’idée m’est venue de retravailler toutes les chansons de cet album. Mindstrip a eu exactement 20 ans en 2020. J’ai donc pensé que ça pourrait être une bonne idée de faire un make over complet de cet album, d’autant plus que je n’étais pas complètement satisfait de la qualité sonore des enregistrements de la version originale. Est-ce que tu savais que le Mindstrip original était enregistré en mono ? Mindstrip a constitué une étape très importante dans ma carrière, alors j’ai pensé qu’il méritait une réédition.

—L’un de tes projets parmi les plus longs a été Lescure 13. Peux-tu nous en parler ? Quand as-tu rencontré Stefan ? Peut-être quand tu as enregistré les albums avec Stin Scatzor ?

—En fait c’est une histoire assez drôle. J’ai rencontré Stefan après avoir placé une annonce dans un magazine où je cherchais des gens intéressés pour écouter et faire de la musique électronique. Et donc nous nous sommes rencontrés. Je me souviens encore de Stefan sortant du train à Leopoldsburg (ma ville natale) avec son synthé sous le bras.  Peu de temps après, Lescure 13 est né. Avec Lescure 13, on voulait faire des chansons orientées EBM, influencées par notre amour commun pour des groupes comme Nitzer Ebb. Malheureusement, quand Suicide Commando a connu de plus en plus de succès, j’avais de moins en moins de temps pour travailler et me concentrer sur Lescure 13, mais on n’a jamais vraiment arrêté. On fait encore des concerts de temps en temps avec Lescure 13 et si on trouve le temps, on espère toujours travailler sur de nouveaux morceaux. Mais aujourd’hui, on voit plus Lescure 13 comme étant un projet où on s’amuse. Il n’y a pas de règles, on fait ce qu’on veut, quand on veut.

—Que s’est-il passé avec ton projet Kombat Unit ? Tu n’as sorti qu’une seule piste, n’est-ce pas ?

—Officiellement on a sorti deux chansons sur différentes compilations et nous en avions quelques autres en cours. Mais c’est comme pour Lescure 13, je n’ai tout simplement pas eu assez de temps pour combiner tous ces projets, donc j’ai dû faire des choix. Suicide Commando occupe énormément mon temps libre, je n’ai pas vraiment le temps de me consacrer à d’autres projets. Comme pour Lescure 13, on n’a jamais vraiment arrêté alors qui sait, on travaillera certainement sur d’autres chansons un jour.

—Comment as-tu vécu la pandémie jusqu’à présent ? Tu as réussi à te produire lors de concerts, n’est-ce pas ? Comment s’est passée cette expérience ? Je suppose que ça doit être un peu bizarre, surtout avec le style de musique que tu joues.

—Ça n’a pas été facile, mais je suppose que l’année a été difficile pour tout le monde. Et après tout, je suis chanceux de pouvoir encore faire de la musique dans mon studio, donc j’essaie de rester positif. Oui, on a eu la chance de pouvoir faire quatre shows en Allemagne en septembre dernier. C’était super de pouvoir retourner sur scène, mais effectivement c’était plutôt bizarre à cause des restrictions du COVID-19. Selon l’endroit où l’on jouait, les restrictions étaient différentes, donc certains concerts étaient assez proches de conditions normales. Le concert le plus étrange a probablement été celui de Francfort. On devait jouer dans l’après-midi et le public n’a pas été autorisé à se tenir devant la scène. Tout le monde était assis à une table. C’était assez bizarre et en même temps très drôle. C’était comme si on jouait à une soirée de bingo pour les personnes âgées, mais malgré tout, on était reconnaissant de pouvoir faire ces quelques shows.

—Ton dernier album comportant du matériel original date de 2017. Travailles-tu sur un nouvel album ?

—Oui, actuellement, je travaille sur de nouvelles compositions pour un autre album que j’espère pouvoir terminer d’ici la fin de l’année. Entre-temps, j’ai aussi sorti quelques chansons sur l’EP Dein Herz, Meine Gier/Bunkerb!tch. Il est sorti peu de temps avant Mindstrip Redux.

—Que peut-on attendre de votre concert au Darkmad ?

—Notre soif de nouveaux concerts est vraiment intense en ce moment, donc attendez-vous à voir un groupe motivé sur la scène. Si je termine les nouvelles chansons à temps, il est probable qu’on les présente. Ce sera un concert inédit. Ce sera tellement génial de retourner sur scène, tellement génial de revenir en Espagne, de revoir tous ces autres grands artistes et nos fans. J’ai tellement hâte d’y être ! Alors, croisons les doigts, on se verra en octobre !

Traduction : Rémi Sauze

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More